Review of “Election, Barth and the French Connection” by French Reformed minister – Michel Leplay

Pierre Maury, Election, Barth and the French Connection, How Pierre Maury gave a Decisive Impetus to Karl Barth’s Doctrine of Election Simon Hattrell (ed) Pickwick Publications, Wipf & Stock, 2016.

This review by the retired French Reformed Pastor – Michel Leplay, formerly Chair of ‘La Commission des Ministères de l’Église Reformée de France’ and the Director/Editor of the journal ‘Réforme’ was to appear in the Journal ‘Libre Sens’, the official journal of the ‘Centre Protestant d’Étude et de Documentation’ in 2017. This journal has now ceased publication.

pasteur leplay

Un recueil complexe de textes et de témoignages sur une question compliquée mais finalement tout à fait clarifiée ! Celle de la « double prédestination » qui fait l’objet d’une nouvelle interprétation. Pour sortir de l’étau qui nous tient depuis Calvin entre les deux mâchoires de la damnation et du salut!

Simon Hattrell, qui fut pasteur en France, enseigne la théologie anglicane en Australie. Il a rassemblé les textes essentiels de ce renouveau théologique, initie dans les années trente du XXème siècle par Pierre Maury et Karl Barth, Ces deux théologiens, un Français et un Suisse, avaient le souci pastoral et prioritaire de la justesse de la prédication et du travail théologique à mener pour sortir de certains impasses. Comme celle de la double prédestination, entendez le décret souverain de Dieu qui, de toute éternité, destinerait les uns au salut, les autres à la perdition, sans que personne ne le sache. Reprenant le problème à ses racines bibliques, Pierre Maury, publiera en 1936, dans la revue Foi et Vie, une étude décisive sur un renouveau possible de l’ancienne problématique calviniste. Il déplace en effet le problème de la souveraineté de Dieu en soi à son humanité en Christ : le Fils de Dieu prend en effet sur lui le poids de la condamnation de l’homme pêcheur, en même temps qu’il donne sa vie pour le salut gratuit offert à quiconque croit. Le Fils est celui qui, à notre place et à notre profit, est à la fois l’homme damné et l’homme sauvé. Et Barth va se précipiter sur cette nouvelle élucidation du mystère. Dans sa Dogmatique, des 1942, il adopte cette lecture de son grand ami français. On pourra appeler à cette « décision dernière » de Dieu pour lequel il n’y a plus ni Juifs, ni Grecs, mais tous appelés en Jésus Christ à accepter un salut qui est rejet de la perdition.

Si ces réflexions sur un thème ancien et difficile pouvaient nous sembler devoir être réservées à des spécialistes, on peut aussi penser que le dialogue entre Maury et Barth garde toute sa pertinence pour la prédication actuelle de l’Évangile : ni théologie juridique, ni psychologie religieuse, mais appel à la décision de l’homme en réponse à l’appel décisif de Dieu en Jésus Christ.

Le dernier mot de cette aventure théologique n’était pas la vieille angoisse de l’homme devant son destin, mais la joie de Dieu pour la destination des hommes.

           joy

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s